En haute altitude avec Morgan Barbot

A la rencontre de Morgan Barbot, Ambassadeur Freeride et Freerando pour Vertical depuis plusieurs années maintenant.

Je travaille en tant que pisteur secouriste sur le glacier de la Girose (3200m/3600m) à la Grave (05).

La station où j'exerce mon métier se trouve dans une zone de haute montagne. Ni balisé, ni sécurisé, le skieur évolue sur ce domaine en Freeride complet à ses risques et périls. Nous avons tout de même une piste sécurisée sur le glacier. Une zone très crevassée où il est important pour nous de les traiter à l'automne afin d'assurer un accès sûr aux skieurs voulant évoluer dans cette zone glacière.

Attention cependant, seules les crevasses de la piste sont traitées !

En quoi consiste ton métier ?

Mon métier consiste à informer et sensibiliser les clients sur les différents risques de skier en zone glacière. Contrairement au glacier des 2 Alpes, pourtant voisin, celui-ci est très dangereux !

Il est difficile de faire prendre conscience au public que cet immense dôme de neige, n'est pas aussi accueillant que l'on peut l’imaginer. L'hiver, les crevasses sont partiellement recouvertes de neige ce qui rend l'analyse du terrain très difficile et le danger invisible.

En tant que pisteur secouriste, en collaboration avec mes collègues patrouilleurs, je m'occupe également des secours sur le domaine skiable et hors-piste.

Nous travaillons main dans la main avec le PGHM et les CRS du secours en montagne de Briançon. Ils se déplacent en hélicoptère quand la météo le permet. Dans le cas contraire, il leur est impossible de voler. Nous acheminons donc le blessé par nos propres moyens, dans la plupart des cas en barquette de secours. Ce dernier cas est physiquement éprouvant du fait de l’important dénivelé que nous avons à faire et des aléas climatiques.

Mais encore ?

Actuellement, je forme un chien d'avalanche afin de palier aux futurs accidents ou l’hélicoptère ne pourrait pas voler. C’est un processus très long et cela demande beaucoup d’entraînements tout au long de l'année. Nous nous réunissons une fois par semaine durant l'hiver avec les maîtres-chiens du département (pisteurs, PGHM, CRS, Pompiers, gardiens de refuge...) pour des entraînements communs. Les jeunes chiens en formation et les chiens opérationnels travaillent ensemble. J'ai donc la chance de travailler tous les jours de la semaine avec mon chien Maïko qui adore ça.

Pendant mes jours de congés, j'ai l'immense chance de profiter de ce domaine Freeride qu'offre la Grave. Il y a des millions de choses à faire ! L'accès à la haute montagne par le téléphérique offre une multitude de possibilités de ski de couloirs sur des dénivelés pouvant aller jusqu’à 2400m pour les plus longs. Au printemps, de très belles randos à ski sont possibles parmi les glaciers alentours : glacier de la Meije, glacier du Tabuchet. Mais aussi le tour de la Meije sur plusieurs jours avec nuit en refuge. Bref de quoi s’amuser !

Je pratique aussi le speed riding et le parapente quand la neige ne permet pas de skier jusqu'en bas. Il n'y a pas de place pour l'ennui quelles que soient les conditions.

Dans ce terrain de haute montagne, j'ai besoin de vêtements chauds, étanches et respirants. J'utilise le pantalon Avatara que je trouve tout simplement génial ! Pour le haut, je ne sors jamais sans ma Midlayer VO3max et ma doudoune Down Jacket, soit sur moi, soit dans le sac comme rechange en complément de ma veste Windy.

Le mot de la fin.

Je vous souhaite à tous, un bon hiver. Attention, les conditions actuelles donnent envie de virages poudreux ! Mais le vent fort a formé des plaques dures reposant sur une couche fragile pouvant provoquer des avalanches spontanées ou provoquées par faible surcharge. Profitez-en surtout pour vous entraîner à la recherche DVA et n'oubliez pas de regarder le BRA quand vous sortez. Sachez l’interpréter ! Soyez prudent et profitez des moments magiques qu'offre la montagne.